Donnez vie à vos documents numériques !
 

Norme ISO PDF/X

Icône de fichier PDF/X PDF/X – ISO 15930 (PDF for blind eXchange)

Un certain nombre d’organisations a décidé de mettre en place un terrain commun pour les PDF utilisés pour l’impression (imprimerie).

Un groupe de travail a été créé au sein du CGATS (Committee for Graphic Arts Technology Standards), sur l’initiative du DDAP (American Digital Distribution of Advertising for Publications) et du NAA (Newspaper Association of America) ; ce groupe comprenait plusieurs fournisseurs et utilisateurs de l’industrie.

La spécification proposée par le groupe de travail CGATS a été plus tard adoptée par l’ISO (International Organization for Standards) comme norme internationale reconnue.

La spécification PDF/X qui en résulte (ISO 15930) est une véritable norme, similaire aux normes relatives à la sensibilité des films d’appareils photo (400 ISO) ou à la gestion de la qualité (ISO 9000).

 

La norme PDF/X est publique et indépendante du fournisseur

La lettre « X » signifie Blind eXchange (échange aveugle) : car l’objectif premier des normes PDF/X est bien de permettre un « échange aveugle » de fichiers PDF dans un flux de production graphique.

PDF/X est un sous-ensemble de PDF. Cette norme définit un ensemble de restrictions, comme une liste de données obligatoires (les polices doivent être incorporées) ou à exclure (cryptage, protection) lors de l’utilisation du format PDF pour l’impression.

Quatre zones doivent être définies :

  • la zone de support (mediabox), qui correspond aux dimensions hors-tout du document,
  • la zone de coupe, ou de rogne, ou de rognage (trimbox), qui correspond au format final des pages après massicotage.
  • la zone graphique (artbox), qui correspond aux dimensions des objets graphiques de la page
  • la zone de fond perdu (bleedbox) si le document doit être imprimé à bords (fonds) perdus (la zone de fond perdu est toujours de dimensions inférieures à la zone de support, et de dimensions supérieures à la zone de coupe ou à la zone graphique).

 

PDF/X, 20 ans d’histoire

Voir aussi cet article (en anglais) de Dov Isaacs : https://www.pdfa.org/twenty-years-of-pdf-x/

 

Comment créer un fichier PDF/X ?

La plupart des logiciels de mise en page proposent une fonction d’exportation en PDF avec des pré-réglages PDF/X, sinon on peut aussi utiliser l’imprimante virtuelle AdobePDF qui intègre différentes normes PDF/X.

Sur Mac il est également possible d’utiliser les PDF-Services intégrés au système pour générer des PDF/X.

Une autre solution consiste à convertir un PDF existant en PDF/X, cela peut se faire avec Adobe Acrobat Pro, avec Enfocus PitStop, ou bien avec Apago PDF/X Checkup.

 

 

Le PDF/X n’est souvent qu’un point de départ

La norme PDF/X a été conçue pour pouvoir couvrir tous les segments de l’industrie de l’impression, depuis la publicité dans les journaux jusqu’à l’impression d’affiches surdimensionnées.

Ceci limite le nombre de critères pouvant être définis dans la spécification PDF/X : il n’y a pas de définition de la résolution d’image minimale, du nombre de séparations de couleurs, etc.

En outre, il est pratiquement impossible de traiter les problèmes techniques plus complexes et souvent temporaires à travers un processus de normalisation ISO. Bien que PDF/X permette de restreindre le format PDF aux éléments essentiels au processus d’impression, tous les experts s’accordent à dire que la conformité à la norme PDF/X seule ne garantit pas l’imprimabilité d’un document.

L’objectif du Ghent PDF Worgroup (GWG) est de pousser plus loin PDF/X en développant des spécifications plus segmentées et plus détaillées.

Partant de ce constat le GWG s’est appuyé sur les différentes normes PDF/X pour définir des ensembles de règles spécifiques, des « Spécifications » pour certains types d’impressions. Ce sont des spécifications qui ont été créés pour l’échange de fichiers destinés à l’impression sur rotatives, sur presses à plat, sur presses numériques, pour le packaging, etc.

Lorsque l’on veut optimiser un fichier PDF pour un type d’impression en particulier il est recommandé de s’appuyer sur les diverses spécifications du GWG disponibles sur le site consacré. Dans de nombreux pays les organismes et syndicats professionnels conseillent l’utilisation des spécifications du GWG.

 

Il existe plusieurs évolutions de la norme PDF/X répondant chacune à des besoins précis :

Icône de fichier PDF/XPDF/X-1 (ISO 15930-4:2003)

Les PDF/X-1 sont des fichiers PDF en version 1.3 ou 1.4 avec les restrictions suivantes :

  • Toutes les polices doivent êtres incorporées dans le fichier.
  • Les données ne doivent utiliser que les espaces colorimétriques Niveaux de gris (Grayscale), CMJN (CMYK), et tons directs (spot colors). Pas de RVB, LAB ou autre.
  • L’OPI (Open Prepress Interface) ne doit pas être utilisé, toutes les données d’images doivent être incorporées. (Initialement, le PDFX-1 autorisait les informations OPI. C’est pourquoi cette norme a fait l’objet d’un sous-ensemble dit PDF/X-1a qui prohibe leur usage, rendant ainsi possibles les échanges en aveugle.)
  • Les fichiers ne doivent contenir ni musique, ni vidéo, ni annotations non-imprimables, ni champ de formulaire, ni code JavaScript.
  • Au cas où des annotations (ou Commentaires) sont utilisés elles doivent se trouver en dehors de la zone de fond perdu (bleedbox).
  • Seuls un nombre restreint d’algorithmes de compression est supporté.
  • Pas de cryptage ni de protection des fichiers.
  • Pas de courbes de transfert.
  • Les fichiers en version 1.4 ne doivent pas utiliser de fonctions de transparence, ni la compression JBIG2 pour les images.
Voir aussi :  Norme ISO PDF 1.7

 

En plus de ces restrictions un certain nombre d’obligations sont à respecter

Essentiellement des informations supplémentaires que l’on ne trouve pas dans les fichiers PDF standards et qui sont intégrées sous forme de métadonnées (metadatas) :

  • Un marqueur (oui, non, inconnu) doit préciser si le recouvrement (trapping) a été appliqué au fichier.
  • Les fichiers doivent contenir une intention de sortie (output intent) matérialisée soit par un profil ICC référencé ou incorporé, soit par un simple fichier texte décrivant les spécifications prévues pour l’impression, par exemple : FOGRA39.
  • Un marqueur doit indiquer que le fichier PDF est un PDF/X-1, ainsi que son éventuelle variante.

 

Variantes

Il existe deux variantes de la norme PDF/X-1 :

  • PDF/X-1:2001 qui utilise le format PDF 1.3
  • PDF/X-1:2003 qui utilise le format PDF 1.4 mais sans contenir ni transparences, ni utiliser la compression JBIG2

Ces deux variantes partagent toutes les autres contraintes de la norme, la variante 2003 n’est apparue que pour compenser le fait que certaines nouvelles (ou nouvelles versions) applications ne supportent plus « l’antique » format PDF 1.3, daté de 1999…

 

Notes :

  • Il existe également une ancienne variante PDF/X-1:1999, la première de toute, basée sur le format PDF 1.2, qui ne supporte pas les tons directs, et qui n’a jamais vraiment été utilisée. PDF/X-1:2001 est la première version à avoir connu un vrai succès.
  • La carrière du PDF/X-1 a officiellement commencé en mai 2000 lorsque Time Inc, a incorporé dans ses publications une publicité pour Bayer, publicité délivrée au format PDF/X-1.
  • Télécharger un PDF/X-1 de démonstration

 

 

Icône de fichier PDF/XPDF/X-2 (ISO 15930-5:2003)

C’est une question qui revient souvent : on peut en effet logiquement se dire qu’entre PDF/X-1 et PDF/X-3 on devrait trouver le PDF/X-2, et pourtant il n’en est jamais question nulle part…

Cette norme existe pourtant bel et bien et figure au nombre des normes ISO, c’est une norme très spécialisée destinée justement aux échanges non-aveugles, c’est-à-dire principalement destinée à être utilisée dans un flux de production interne.

Sa particularité est d’autoriser l’utilisation de ressources externes (non incorporées dans les PDF) et l’utilisation de l’OPI (Open Prepress Interface). À noter que l’OPI n’est plus supporté dans le format PDF depuis sa version 2.0.

 

Alors pour résumer :

  • La norme PDF/X-2 n’oblige pas l’incorporation des polices et des images hautes résolutions.
  • Elle permet donc l’échange de documents avec des ressources partielles, c’est à la réception que les ressources nécessaires seront complétées.
  • Elle ne peut donc être utilisée dans un environnement ouvert.

 

 

Icône de fichier PDF/XPDF/X-3 (ISO 15930-3:2002)

Les PDF/X-3) sont des fichiers PDF en version 1.3 ou 1.4 avec les restrictions suivantes :

  •  Toutes les polices doivent êtres incorporées dans le fichier.
  • Les données doivent utiliser les espaces colorimétriques Niveaux de gris (Grayscale), CMJN (CMYK), et tons directs (spot colors). Les autres espaces colorimétriques (RVB, LAB et ICC colors) sont également autorisés si les profils ICC correspondants sont incorporés et si l’intention de sortie (output intent) a été définie lors de la création du fichier. Ce qui signifie qu’il faut un flux de production intégrant la gestion colorimétrique pour générer des PDF/X-3.
  • L’OPI (Open Prepress Interface) ne doit pas être utilisé, toutes les données d’images doivent être incorporées.
  • Les fichiers ne doivent contenir ni musique, ni vidéo, ni annotations non-imprimables, ni champ de formulaire, ni code JavaScript.
  • Au cas où des annotations (ou Commentaires) sont utilisés elles doivent se trouver en dehors de la zone de fond perdu (bleedbox).
  • Seuls un nombre restreint d’algorithmes de compression est supporté.
  • Pas de cryptage ni de protection des fichiers.
  • Pas de courbes de transfert.
  • Les fichiers en version 1.4 ne doivent pas utiliser de fonctions de transparence, ni la compression JBIG2 pour les images.

 

En plus des ces restrictions un certain nombre d’obligations sont à respecter

Essentiellement des informations supplémentaires que l’on ne trouve pas dans les fichiers PDF standards et qui sont intégrées sous forme de métadonnées (metadatas) :

  • Un marqueur (oui, non, inconnu) doit préciser si le recouvrement (trapping) a été appliqué au fichier.
  • Un marqueur doit indiquer que le fichier PDF est un PDF/X-3, ainsi que son éventuelle variante.
  • Le fichier doit contenir les profils ICC définissant les données CMJN et/ou les autres espaces colorimétriques (RVB, LAB, etc.).
  • Un profil doit être incorporé comme intention de sortie (output intent).

 

Variantes

Il existe deux variantes de la norme PDF/X-3 :

  • PDF/X-3:2001 qui utilise le format PDF 1.3
  • PDF/X-3:2003 qui utilise le format PDF 1.4 mais sans contenir de transparences, ni utiliser la compression JBIG2

Ces deux variantes partagent toutes les autres contraintes de la norme, la variante 2003 n’est apparue que pour compenser le fait que certaines nouvelles (ou nouvelles versions) applications ne supportent plus « l’antique » format PDF 1.3, daté de 1999…

Voir aussi :  Incorporation des polices

 

Notes :

 

 

Icône de fichier PDF/XPDF/X-4 (ISO 15930-7:2010)

Les PDF/X-4 sont des fichiers PDF en version 1.6, ce qui autorise notamment :

  • L’utilisation des fonctions de transparences
  • L’utilisation d’images codées sur 16 bits (bien que cela puisse poser des problèmes avec certains RIP).
  • L’utilisation des calques PDF
  • L’utilisation indifférente des espaces colorimétriques Niveaux de gris (Grayscale), CMJN (CMYK), tons directs (spot colors), RVB (RGB), LAB, ou basés sur des profils ICC.
  • Si un profil ICC requis est lié à un fichier externe et identifié sans ambiguïté, il doit être désigné comme PDF/X-4p

 

Les restrictions suivantes s’appliquent aux fichiers PDF/X-4 :

  • Toutes les polices doivent êtres incorporées dans le fichier.
  • Les données doivent utiliser les espaces colorimétriques Niveaux de gris (Grayscale), CMJN (CMYK), et tons directs (spot colors). Les autres espaces colorimétriques (RVB, LAB et ICC colors) sont également autorisés si les profils ICC correspondants sont incorporés et si l’intention de sortie (output intent) a été définie lors de la création du fichier. Ce qui signifie qu’il faut un flux de production intégrant la gestion colorimétrique pour générer des PDF/X-4.
  • L’OPI (Open Prepress Interface) ne doit pas être utilisé, toutes les données d’images doivent être incorporées.
  • Les fichiers ne doivent contenir ni musique, ni vidéo, ni annotations non-imprimables ni champ de formulaire, ni code JavaScript.
  • Au cas où des annotations (ou Commentaires) sont utilisées elles doivent se trouver en dehors de la zone de fond perdu (bleedbox).
  • Seuls un nombre restreint d’algorithmes de compression est supporté, dont le JPEG-2000.
  • Pas de cryptage ni de protection des fichiers.
  • Pas de courbes de transfert.

 

Un certain nombre d’obligations sont à respecter en plus des ces restrictions

Essentiellement des informations supplémentaires que l’on ne trouve pas dans les fichiers PDF standards et qui sont intégrées sous forme de métadonnées (metadatas) :

  • Un marqueur doit indiquer que le fichier PDF est un PDF/X-4, ainsi que son éventuelle variante.
  • Un marqueur (oui, non, inconnu) doit préciser si le recouvrement (trapping) a été appliqué au fichier.
  • Le fichier doit contenir une intention de sortie (output intent) qui peut être soit un simple fichier texte décrivant les spécifications prévues pour l’impression (par exemple : FOGRA27), soit un profil ICC incorporé, soit un profil ICC référencé (donc externe au fichier) auquel cas le fichier sera de type « PDF/X-4p ».

 

Notes :

 

 

Icône de fichier PDF/XPDF/X-5 (ISO 15930-8:2010)

Les PDF/X-5 sont des fichiers PDF en version 1.6, ce qui autorise notamment :

  • L’utilisation des fonctions de transparences
  • L’utilisation d’images codées sur 16 bits (bien que cela puisse poser des problèmes avec certains RIP).
  • L’utilisation des calques PDF
  • L’utilisation indifférente des espaces colorimétriques Niveaux de gris (Grayscale), CMJN (CMYK), tons directs (spot colors), RVB (RGB), LAB, ou basés sur des profils ICC.

 

Les restrictions suivantes s’appliquent aux fichiers PDF/X-5 :

  • Les fichiers ne doivent contenir ni musique, ni vidéo, ni annotations non-imprimables, ni champ de formulaire, ni code JavaScript.
  • Au cas où des annotations (ou Commentaires) sont utilisées elles doivent se trouver en dehors de la zone de fond perdu (bleedbox).
  • Seuls un nombre restreint d’algorithmes de compression est supporté, dont le JPEG-2000.
  • Pas de cryptage ni de protection des fichiers.
  • Pas de courbes de transfert.

 

En plus des ces restrictions un certain nombre d’obligations sont à respecter, essentiellement des informations supplémentaires que l’on ne trouve pas dans les fichiers PDF standards et qui sont intégrées sous forme de métadonnées (metadatas) :

  • Un marqueur doit indiquer que le fichier PDF est un PDF/X-5, ainsi que son éventuelle variante.
  • Un marqueur (oui, non, inconnu) doit préciser si le recouvrement (trapping) a été appliqué au fichier.
  • Le fichier doit contenir une intention de sortie (output intent) qui peut être soit un simple fichier texte décrivant les spécifications prévues pour l’impression (par exemple : FOGRA27), soit un profil ICC incorporé, soit un profil ICC référencé (donc externe au fichier).

 

Note :

  • Toutes les obligations ci-dessus sont identiques à celles du PDF/X-4.
  • La principale différence entre les normes PDF/X-4 et PDF/X-5 c’est que cette dernière autorise les références externes pour les XObjects, les polices de caractères (PDF/X-5n) et les profils ICC (PDF/X-5p).
  • Ce qui signifie en fait que les fichiers PDF/X-5 peuvent être plus compacts que les PDF/X-4 puisqu’un certains nombre d’éléments peuvent être stockés extérieurement au fichier.

 

 

Icône de fichier PDF/XPDF/X-6 (ISO 15930-9:2020)

La norme PDF/X-6 intègre les nouvelles fonctionnalités du format PDF 2.0

  • Paramètres de compensation du point noir, ou BPC (Black Point Compensation). En l’absence de ce paramètre la norme PDF/X-6 considère par défaut que la compensation du point noir est activée.
  • Intention de sortie définie au niveau de la page (vs au niveau du document entier). Cette fonction est utile pour les documents dont les pages sont destinées à être imprimées sur différents périphériques, par exemple quand les pages de couverture sont imprimées en couleur et les pages intérieures en noir.
  • Métadonnées DPart. Les métadonnées de partie de document peuvent être utilisées pour stocker des informations sur une partie du document. Notamment les propriétés pertinentes en production (le nombre de copies d’une partie du document) ou les informations sur le destinataire (le numéro de téléphone du correspondant). Par conséquent un nouveau type d’action GoToDPart a été défini dans PDF 2.0 et peut être utilisé pour créer des signets ou des boutons qui dirigent vers une partie de document indépendamment de son numéro de page.
  • Spectral informations (CxF/X-4). Les données spectrales CxF des tons directs peuvent être présentes dans un document à la norme PDF/X-6 mais il n’y a pas de contrainte particulière concernant leur utilisation, sinon que ces données ne doivent pas entrer en conflit avec le profil ICC d’intention de sortie.
  • Mixing Hints (Gestion assistée des encres : ordre de passage, opacité des tons directs,…).
Voir aussi :  Norme ISO PDF 2.0

 

Certaines restrictions des versions précédentes des normes PDF/X ont été assouplies

  • Les commentaires-annotations et les champs de formulaire sont autorisés à l’intérieur de la zone visible d’une page, ce qui n’était pas le cas dans les versions précédentes.
  • Actions (tant que l’apparence de la page n’est pas affectée).
  • Signatures numériques.

 

Il existe également deux sous-versions pour des applications spéciales

  • PDF/X-6p : utilisation de profils ICC référencés (successeur de PDF/X-4p)
  • PDF/X-6n : utilisation de Multi-color Profiles (successeur de PDF/X-5n)

 

La norme PDF/X-6 a été publiée fin 2020, mais avant qu’elle puisse être utilisé en production les développeurs d’applications de mise en page (Adobe, Affinity, Quark…) devront l’intégrer dans leurs logiciels en même temps que le format PDF 2.0.

 

 

Icône de fichier PDF/X PDF/X-Plus

PDF/X-Plus n’est pas vraiment une norme ISO

Ce sont des spécifications émises par le Ghent PDF Workgroup qui s’appuient sur la norme PDF/X-1 (ISO 15930-1) mais qui sont plus restrictives, notamment en ce qui concerne la résolution des images.

Au cours de l’année 2002, le Ghent PDF Workgroup a mis au point un certain nombre de spécifications PDF propres a certains segments du marché. Dès le début, il était convenu que toutes les spécifications seraient basées sur PDF/X, afin de se conformer entièrement à cette norme plus générique.

C’est dans ce contexte qu’Enfocus inventa le terme « PDF/X-Plus »

Au début de l’année 2003, neuf spécifications ont été approuvées, couvrant les publicités des magazines (CMJN seulement) et des journaux (CMJN + tons directs) sur des presses rotatives, ainsi que les impressions commerciales sur des presses à feuilles et des rotatives. Il existe différentes options disponibles pour les travaux d’impression sur presses à feuilles et rotatives : travaux à haute ou basse résolution, CMJN seulement ou CMJN + tons directs.

L’objectif du Ghent PDF Workgroup est de fournir des spécifications complètes mais également opérationelles. Celles-ci doivent être simples à mettre en place tout en étant suffisamment détaillées pour garantir l’adéquation d’un fichier à l’impression.

 

Ces spécifications comprennent différents éléments : des options de travail (JobOptions) pour Acrobat Distiller, un profil Enfocus PDF, ainsi qu’une documentation complète clarifiant et définissant les différents paramètres.

Les spécifications étant exprimées sous forme de profils Enfocus PDF (ensemble de règles de contrôle en amont stockées dans un fichier), elles sont très faciles à mettre en œuvre dans un flux de production PDF. Un concepteur peut produire un fichier PDF selon la spécification appropriée et certifier immédiatement le document ou prendre les mesures correctives appropriées si la certification échoue. L’imprimeur ou l’éditeur qui reçoit le fichier CertifiedPDF sait immédiatement si celui-ci est conforme sans avoir à le contrôler de nouveau.

 

Les fournisseurs d’outils de contrôle en amont sont invités à soutenir les spécifications du Ghent PDF Workgroup. Tous les mécanismes de contrôle en amont produisant les mêmes résultats que l’implémentation de référence utilisant la technologie Enfocus CertifiedPDF sont considérés comme conformes. La production de fichiers CertifiedPDF, bien qu’étant un plus, ne fait pas partie en tant que telle de la spécification.

 

Que contiennent les spécifications PDF/X-Plus ?

Cette page n’a pas pour objectif de donner une description détaillée des différentes normes et spécifications. Il faudra se référer aux informations fournies par le Ghent PDF Workgroup et Enfocus pour obtenir des descriptions plus approfondies des paramètres.

Spécifications notables :

  • Format de document et informations : version de PDF, application utilisée pour générer le fichier PDF, etc.
  • Paramètres de sécurité
  • Disposition de la zone de page
  • Paramètres spécifiques à PDF/X : clé de version PDF, annotation en forme de filet, projet d’impression, etc.
  • Infos sur la page : nombre de pages, format de page, pages vides
  • Couleurs de quadri et tons directs
  • Transparence
  • Types et incorporation de polices
  • Résolution et compression d’image
  • Utilisation d’OPI et d’annotations

 

Note :

Print Friendly, PDF & Email